Chien détecteur de produits accélérateurs d'incendie - lebergerallemand.fr

On dénombre en France près de 1000 incendies par jour. Face à ce déluge de feux indéterminés et pour en évaluer une éventuelle cause criminelle en des temps records, la gendarmerie mise désormais sur le flair du chien. Depuis 2011, cinq chiens accompagnent des enquêteurs dans des pavillons calcinés ou des décombres de locaux industriels.

Spécialisés en recherche d'accélérateurs d'incendie, ces limiers à quatre pattes sont programmés pour détecter sans faillir l'odeur du gasoil, l'essence, le white-spirit mais aussi l'alcool à brûler, le fioul domestique ou encore l'acétone. «Au total, ils peuvent reconnaître les sept substances les plus couramment employées par les incendiaires, explique le maréchal des logis-chef Stéphanie Dano, ayant depuis le 13 avril dernier la responsabilité de Fidji, une jeune chienne malinois de deux ans. L'intervention des chiens facilite le travail des techniciens d'investigation criminelle. Équipés de grosses machines parfois lentes à explorer des grandes surfaces, ils sont contraints de multiplier les prélèvements sur les lieux des sinistres. Ce qui fait perdre beaucoup de temps et dépenser pas mal d'argent en analyses…»

chien detection de depart de feu

Quatorze semaines de dressage

Désormais, la plus infime trace suspecte, n'excédant pas parfois les 45 microlitres, est identifiée par la truffe de l'animal. Ces renifleurs d'hydrocarbures ont été formés au Centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie à Gramat, dans le Lot.

«Ils ont appris à déceler l'odeur des substances inflammables en jouant, explique Stéphanie Dano. Pour assimiler ces effluves caractéristiques, les maîtres-chiens mettent une compresse imbibée dans un tube troué, que le chien doit retrouver en furetant.» Le jouet est enfoui dans des broussailles, sous du gazon, en plein vent, au milieu d'odeurs parasites ou à côté d'une nourriture alléchante. À la fin du stage, rien ne doit plus détourner les bêtes de leur mission.

Quatorze semaines suffisent à aiguiser le flair jusqu'à une quasi-infaillibilité. Sur le terrain, ces détecteurs d'incendie criminels sont déployés pendant des séquences de vingt minutes maximum entrecoupées de périodes de repos, afin de permettre la réhydratation des animaux dont le flair est vite saturé par les cendres. Par ailleurs, ils ne peuvent intervenir qu'après refroidissement total du site, sachant que chaque chien est équipé d'étranges «chaussons de protection» pour protéger ses coussinets d'éventuelles brûlures. Considérés comme de vaillants militaires, ces précieux quadrupèdes sont immatriculés et peuvent même être médaillés pour acte de bravoure.

chien détecteur de départ de feu