Chiens : Les dangers de l'été - lebergerallemand.fr
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background

 

Les changements provoqués par l'arrivée de l'été sont sources de nombreux soucis pour nos compagnons.


La chaleur

chien en étéEn été, des températures plus élevées provoquent une déshydratation plus rapide. Il est important que le chien ait de l'eau à volonté afin qu'il ne se déshydrate pas. Il faut être particulièrement vigilant pour un chiot pour lequel une forte déshydratation peut être fatale.

Ne laissez surtout pas votre compagnon au soleil dans la voiture car il risque un coup de chaleur pouvant être fatal.

Chez les chiens cardiaques, la chaleur peut aggraver brutalement leur maladie. Cela se traduit généralement par de l'œdème pulmonaire : le chien est essoufflé, il tousse davantage, respire mal.


Les parasites


chien en étéC'est en été que les parasites sont les plus nombreux.

  • Les puces prolifèrent à cette période. Appliquez un traitement préventif sur votre chien et votre chat avant de partir en vacances, notamment dans le Sud de la France.
  • Les tiques présentent un réel danger pour le chien (transmission de la piroplasmose dans la grande moitié sud de la France, de la maladie de Lyme dans le Nord-est, de l'ehrlichiose dans le Sud et en Corse).
  • Les aoûtats sont des larves d'acariens qui se fixent à la peau du chien pour se nourrir. Leur présence provoque de fortes démangeaisons. Leur coloration orange est caractéristique. Ils forment des croûtes dans les endroits où la peau est fine (intérieur des cuisses, entre les doigts, sur les oreilles, derrière les coudes…). Pour les éliminer, il faut les utiliser les mêmes anti-parasitaires que pour les tiques.
  • Les moustiques peuvent présenter un danger pour le chien. Leur piqûre est désagréable et le chien peut parfois se gratter au point de s'abîmer la peau. Les moustiques peuvent également transmettre chez le chien deux maladies graves présentes dans le Sud de la France : La leishmaniose et la dirofilariose.

    La zone à risque est constituée par la bande côtière allant de Perpignan à Nice.

    La prévention consiste à éviter les piqûres de phlébotomes: rentrez si possible le chien dans la maison avant le coucher du soleil, ne laissez pas de fenêtres ouvertes la nuit (ou utilisez une moustiquaire), protégez la maison avec des insecticides et appliquez un produit préventif sur le chien.

 

Les envenimations

  • Les piqûres de guêpes et de frelons ne sont pas à négliger car elles peuvent entraîner des réactions importantes et parfois graves, surtout si le chien y est allergique (ce qui reste toutefois rare).
  • Les morsures de vipères sont également plus importantes à la belle saison.

    Plusieurs espèces de vipères sont présentes dans une grande partie du pays (globalement au sud de Paris).
    Leur morsure est très douloureuse (l'animal émet un cri), et rapidement, la partie mordue enfle. Les morsures se situent principalement sur le museau ou les pattes.

    Le danger dépend de la dose de venin inoculée:
    -> Si elle est faible, le risque est essentiellement local: nécrose, œdème, surinfection.
    -> Si elle est forte, il y a risque de choc, de problèmes de coagulation et de problèmes cardiaques. L'animal mordu devra être emmené chez le vétérinaire au plus vite afin qu'il l'examine, l'évalue et mette en place le traitement approprié.
  • L'ingestion de crapauds,même si cela peut prêter à sourire, est un autre danger.

    Plusieurs espèces de crapauds existant en France sécrètent des toxines sur leur peau. L'ingestion, voire même le léchage (en particulier chez les chiens miniatures et les chiots), peut entraîner des symptômes brutaux : vomissements, abattement profond voire mort très rapide dûe à des troubles cardiaques.
    Il convient de consulter rapidement un vétérinaire.

  • Les méduses représentent un danger, même mortes et désechées.

    Le danger que représentent les méduses se situe aussi bien dans l'eau que sur le bord de plage où elles s'échouent (les tentacules des méduses mortes demeurent venimeuses, même desséchées). Le chien peut-être tenté de s'en approcher, par curiosité ou bien pour jouer. La surveillance permettra, autant que faire se peut, d'empêcher l'animal de s'y intéresser.
    En cas de contact, les réactions peuvent être variées. Tout va dépendre de la zone concernée et de la sensibilité du chien.
    Sur la peau, le contact avec une méduse peut occasionner une réaction cutanée (rougeur), voire un œdème. Un chien faisant une réaction allergique peut développer un urticaire ou un œdème de Quincke à l'origine d'une détresse respiratoire.
    Plus grave aussi est lorsque le chien a tenter de la prendre en gueule (il peut y avoir aussi ingestion) et que la sphère bucco-pharyngée est atteinte ou encore les yeux ou la truffe, consultez le vétérinaire sans attendre.

    Les premiers soins à apporter sont de rincer la zone atteinte. Pour cela, il faut le faire à l'eau de mer et non à l'eau douce.Cette dernière «réactiverait» en effet les nématocystes. Il s'agit des organes se présentant sous forme de filaments contenant le venin et qui libèrent celui-ci parfois de manière progressive.
    Le but est donc de retirer les filaments encore présents le cas échéant (se munir de gants) et de bien rincer la plaie, sans frotter. Une consultation vétérinaire est à envisager sans attendre si votre chien semble souffrir.


La baignade et le grand air

baignade chienL'eau de mer peut se révéler très irritante pour la peau fragile de nos compagnons. Il peut en résulter une inflammation importante avec parfois des complications : l'action irritante des grains de sables entre les doigts entraîne des pododermatites (infection des doigts) très douloureuses.

Il est vivement recommandé, si vous souhaitez faire prendre un bain de mer à votre chien, de le rincer ensuite à l'eau douce en veillant à bien éliminer le sable entre les doigts.

Le grand air (vent, sable) est également responsable de conjonctivites: l'œil est rouge, larmoyant et douloureux. Non traitées, ces conjonctivites peuvent se sur-infecter. Les écoulements deviennent alors purulents (verdâtres).

L'application de collyres prescrits par votre vétérinaire suffit à remettre les choses en ordre rapidement. Prenez soin d'éviter au chien les courants d'air importants (comme passer la tête par la fenêtre de la voiture en cours de voyage).

Lors de promenades à la campagne, le chien peut également attraper des épillets. Ce sont des débris végétaux qui se fixent au poil et qui peuvent par la suite migrer sous la peau, entre les doigts ou dans le nez et les oreilles.
Il faut surveiller les zones sensibles de très près. Par exemple, pour les pattes, il faut bien écarter les doigts, couper les petites bourres de poils et enlever le moindre petit brin de paille que vous pourriez apercevoir. Car très rapidement, le brin s'avance vers la peau et petit à petit s'enfonce plus profondément dans la chair. Il va rentrer sous la peau et provoquer un abcès. Cela va très vite, il faut donc être particulièrement vigilant.
Si votre compagnon se met à boitiller, à secouer la tête ou à essayer de se frotter derrière les oreilles, cela peut-être un épillet. Il faut alors vérifiez si vous ne sentez pas une petite boule ressemblant à un bouton sec sur la peau. Si c'est le cas il est recommandé de consulter rapidement un vétérinaire. En effet, si l'on attend trop longtemps, il peut alors être nécessaire de réaliser une véritable petite opération chirurgicale afin d'atteindre l'épillet.
Les épillets pénètrent principalement dans :

•le nez: provoquant des éternuements permanents, ils peuvent remonter dans les cavités nasales en faisant de nombreux dégâts.
•les oreilles: le chien se secoue sans cesse la tête, ce qui a pour effet de faire avancer plus encore l'épillet dans le conduit auditif, jusqu'à ce qu'il touche, voire perfore le tympan. Il en résulte une forte douleur, et fréquemment une otite.
•les yeux: l'animal garde l'œil fermé en permanence à cause de la douleur.Si l'épillet n'est pas retiré rapidement, cela peut conduire à une perforation de la cornée.