Hommage à Gamin, un modèle de courage et de fidélité. - lebergerallemand.fr

Hommage à Gamin, un modèle de courage et de fidélité.

Il s'appelait Gamin. Ce berger allemand est l'idole de tous les chiens de la gendarmerie, voici son histoire.

Gamin, Berger Allemand arrivé au chenil militaire de Beni-Messous en Algérie, se montre si dangereux que personne ne peut l'approcher. Une dernière tentative est effectuée par le gendarme Gilbert Godefroid, un gendarme courageux et volontaire, qui le fait réellement changer.

Gilbert Godefroid et Gamin

Le 29 Mars 1958, une opération de maintien de l'ordre à lieu au sud de Barral. Gilbert Godefroid part sur la piste de fellaghas, avec son chien Gamin. Les légionnaires qui accompagnent l'équipe cynophile ne peuvent suivre le rythme imposé par le gendarme et son chien. Ce dernier ne pouvant arrêter Gamin dans sa recherche, part seul en avant.
La piste fraîche est rapidement trouvée et, au moment où Godefroid lâche son chien, une rafale d'arme automatique blesse mortellement le gendarme. Son chien bien que grièvement blessé (une balle dans la tête et une dans le poitrail)s'élance et égorge son agresseur, puis se traîne jusqu'au corps de son maître, lui lèche le visage et s'allonge sur celui dont il ne veut se séparer.
Les légionnaires alertés par les coups de feux, arrivent trop tard. Ils s'approchent, mais Gamin ne les connaît pas. Malgré ses blessures, il se jette sur eux, le poil hérissé, les crocs en avant. Il grogne et refuse les friandises offertes par les soldats. Il faudra alors 6 hommes et une toile de tente pour le maîtriser et récupérer le corps du gendarme.
Après évacuation par hélicoptère, sur l'hôpital vétérinaire de Millesimo, une opération est immédiatement tentée et réussie. Gamin est sauvé et prends sa retraite à Gramat, où, précise la note du ministère, il devra "faire l'objet de soins attentifs jusqu'à sa mort".
Le 27 décembre 1958 au chenil de Beni-Messous, un carré d'honneur est formé aux ordres du lieutenant-colonel Arcouet, Gamin est alors le premier chien a être décoré de la médaille de la Gendarmerie Nationale.

Gamin médaillé de la gendarmerie nationale

Lorsqu'il meurt des séquelles de ses blessures le 23 Novembre 1960, ses cendres rassemblées dans une urne sont déposées au coeur d'une stèle élevée au Centre National d'Instruction Cynophile de Gramat, réunissant dans le même souvenir, un homme et un chien, pas forcément plus illustre, mais tous deux victimes du devoir.

C'est devant cette stèle qu'a lieu, lors de chaque stage, la cérémonie traditionnelle de la constitution des équipes cynophile. Personne ne veut et ne peut oublier.

Stèle de Gamin  au Centre National d'Instruction Cynophile de GRAMAT

Source https://www.facebook.com/gendarmerienationale

(Aucun commentaire)
Ajouter un commentaire