actu

Me Isabelle Gharbi-Terrin, le conseil des propriétaires de Jagger, ce berger allemand à poils longs de 4 ans abattu dans la soirée du vendredi 15 février 2019 par un voisin dans un hameau de la commune d’Augé, fait partie de celles et ceux qui ont récemment lancé une nouvelle pétition en ligne en attendant le futur procès d’appel du tueur présumé, un quinquagénaire natif de Saint-Maixent-l’École, au palais de justice de Poitiers, dans la Vienne.

L’avocate au barreau de Marseille, dans les Bouches-du-Rhône, y milite pour la création d’une « loi Jagger », pour « l’évolution de l’article 521-1 du code pénal pour cinq ans de prison ferme encourus pour les délinquants qui tuent ou torturent les animaux domestiques ». Contre deux actuellement, plus 30.000 € d’amende, la peine maximale venant sanctionner toute personne s’étant rendue coupable de « sévices graves ou actes de cruauté envers un animal domestique, apprivoisé ou captif ».

https://www.change.org/p/loi-jagger-article-521-1-pour-5-ans-de-prison-ferme-encourus

Notamment condamné, à la mi-mai, par le tribunal correctionnel de Niort à la peine de douze mois d’emprisonnement avec sursis et mise à l’épreuve pendant deux années et à verser la somme totale de 5.000 € à cinq associations de défense et de protection des animaux, l’ouvrier agricole de 57 ans, qui a reconnu avoir tiré sur le chien, avait fait appel le jour même du délibéré via son conseil niortais, Me Nathanaël Ormillien.

« En France, les actes de cruauté envers nos animaux domestiques se multiplient et la justice n'apporte pas de réponse efficiente pour endiguer ces exactions »
Me Isabelle Gharbi-Terrin, avocate des propriétaires de Jagger.

« Les peines de prison ferme sont rares et pas effectives, même lorsqu’elles sont prononcées, en raison de la combinaison de la sanction avec les prescriptions du code de procédure pénale, qui permet d’aménager les peines inférieures ou égales à deux ans d’emprisonnement. »

« Cette imbrication des textes entretient le mépris des juges pour la cause : “ Ce ne sont que des animaux ! ” Ce sont surtout des êtres sensibles et loyaux qui ont de l’amour à donner, “ réceptacles d’une affection unique ”, comme les définit magistralement la Cour de cassation dans un arrêt de 2015. »

Source : https://www.lanouvellerepublique.fr/

 

loi jagger

Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 la 6th Airborne saute sur la Normandie en arrière du secteur Sword. Parmi les paras figurent le soldat Emile Corteil et son frère d’armes à quatre pattes, Glen Para Dog.

Pour faciliter le débarquement allié sur Sword Beach, le 9ème bataillon est parachuté le Jour J aux alentours des 4 canons de la batterie de Merville. Ce point fortifié est une véritable menace pour l’infanterie qui posera le pied sur la plage, les paras doivent donc le neutraliser au plus vite. Parmi la troupe d’assaut se trouve un binôme bien singulier : le maître-chien Emile Servais Corteil, 19 ans, et Glen, son berger allemand.

Le D-Day les largages sont mauvais et, comme pour nombre de leurs camarades, Emile et son chien manquent leur Drop Zone. Le vent les porte jusqu’au sud de Cabourg, à une quinzaine de kilomètres de leur objectif. A Varaville ils retrouvent le Brigadier Général James Hill, commandant la 3ème Brigade, ainsi que 38 paras du 9th Parachute Battalion. Après un rapide point, le groupe se dirige vers le nord-ouest, direction Merville.

Mais les heures avancent et l’infanterie va bientôt débarquer sur Sword Beach. Les paras progressent aux abords d’un chemin lorsque vrombissent à l’horizon des avions alliés. La Royal Air Force doit sécuriser la zone et empêcher tout mouvement ennemi. Les pilotes de la RAF prennent les paras pour des allemands. La méprise est terrible, les bombardiers lâchent leur cargaison meurtrière sur la cohorte du Brigadier Hill. La poussière se dissipe, l’officier évalue les pertes. Le bilan est effroyable. Seul le général et un para sont indemnes. Les autres sont blessés ou tués. Emile Corteil et son chien Glen ne se relèveront plus. Mais la mission est prioritaire et Hill reprend sa route. Les morts seront plus tard enterrés par les allemands dans les trous de bombes.

Aujourd'hui Emile Corteil et Glen sont inhumés ensemble au cimetière militaire de Ranville, plot 1A, Rang G, tombe 13. Sur le marbre sa mère a fait graver ceci : "Had you known our boy you would have loved him too. Glen his paratroop dog was killed with him." ("Si vous aviez pu connaître notre fils, vous l'auriez aimé vous aussi. Glen son chien parachutiste, a été tué à ses côtés".)

Source: http://www.plagesdu6juin1944.com

6th airborne emile corteil dog glen

Le 15 février dernier à Augé dans les Deux-Sèvres, Jagger berger allemand de 4 ans était abattu par balles. Après avoir tiré à trois reprises, le meurtrier avait laissé l'animal agonisant et le lendemain jeté son corps dans un ruisseau.

Ce 14 mai, le tribunal correctionnel de Niort a condamné le tueur à 12 mois de prison avec sursis, le double de la réquisition, et un total de 10.000 euros d'amende pour toutes les parties civiles dont les associations Stéphane Lamart, Secours et Protection des animaux de compagnie, Société Protectrice des Animaux, 30 Millions d'Amis et la Fondation Brigitte Bardot.

Le tribunal est allé au-delà de la peine demandée, mais est-ce suffisant lorsque la peine maximum prévue par la loi pour les actes de cruauté est de deux ans de prison ferme et 30.000 euros d'amende?

"J'aurais aimé qu'il reparte avec les menottes" commentait Hélène Decanter maitresse de Jagger "cet homme a cassé les pattes de mon chien, si on n'appelle pas ça de la barbarie, je ne comprends pas."

Pour Son avocate, Me. Isabelle Gharbi-Terrin,"on a une décision assez inédite parce que le tribunal condamne le prévenu à verser 1.500 euros à la maman de Jagger, 1.500 pour son papa, et 800 euros pour le fils de la famille. Ce sont des sommes très importantes qui marquent un pas dans la reconnaissance de l'animal comme faisant partie de la famille, et du préjudice, du chagrin immense qu'ont subi ces gens suite à la mort de leur animal de compagnie"

"Je ressens de l’apaisement, mais j’ai toujours cette douleur, je pense que je l’aurai à vie. Car malheureusement, cette décision de justice ne me rendra pas mon Jagger." confie Hélène Decanter.

proces chien jagger

L'amour que nous porte nos chiens est éternel, et Jagger restera pour toujours présent dans les esprits. Les petits hommes médiocres et insignifiants n'inspirant que mépris et dégoût finiront eux, dans l'oubli et l'indifférence.

Le prévenu ayant fait appel il y aura donc un autre procès devant la Cour d'appel de Poitiers, vous pouvez donc continuer à soutenir Hélène Decanter sur la page Facebook: https://www.facebook.com/groups/JusticePourJagger/

Le chien Joe du Groupe d'Investigation Cynophile de la gendarmerie de Salon-de-Provence a obtenu le diplôme "des trophées des chiens héros 2019" dans la catégorie "chien d'intervention. Il est récompensé pour avoir sauvé deux vies.

 Joe, un berger allemand gris, de son vrai nom Joe Herrera Del Alcantara, appartient à l'adjudant Patrick Casse, du GIC de la gendarmerie de Salon-de-Provence. La Société centrale canine vient de lui remettre le diplôme des "Trophées des chiens héros 2019" dans la catégorie "chien d'intervention" pour avoir sauvé deux vies.

joe berger allemand de la gendarmerie de salon de provence

La première fois au cours de l'hiver 2017-2018 à Saint-Rémy-de-Provence. A la suite d'une bagarre au couteau, la gendarmerie interpelle l'auteur des faits, mais la victime a disparu et les recherches pour la retrouver ne donnent aucun résultat. L'adjudant Casse et son chien Joe sont appelés en renfort. Rapidement sur place, ils relèvent une trace de sang de la victime sur les lieux de la bagarre et aussitôt, Joe se met à chercher. Ils remontent la rue sur plusieurs centaines de mètres jusqu'à ce que Joe pénètre dans une maison en chantier de rénovation. C'est à cet endroit qu'il retrouve le blessé, agonisant. Après la prise en charge par les sapeurs-pompiers, l'un des secouristes confiera que l'individu serait mort quelques minutes plus tard si Joe ne l'avait pas retrouvé.

La deuxième fois à l'été 2018 à L'Isle-sur-la-Sorgue, après une dispute d'un couple octogénaire, le mari décide de partir à pied. Ne le voyant pas revenir au bout de trois heures, l'épouse appelle les gendarmes, inquiète. Une nouvelle fois, l'adjudant Casse et son chien Joe sont appelés en renfort pour participer aux recherches. Joe fait d'abord le tour du domicile, puis s'engage sur une piste. 500 mètres plus loin, il retrouve le mari, tombé à l'eau. Il est dans un état grave et à des difficultés pour respirer. Patrick Casse et son adjoint se jettent à l'eau et pratiquent les premiers gestes, avant l'arrivée des secours. Cette fois encore, un pompier affirmera que sans l'intervention de Joe, l'octogénaire n'aurait pas survécu bien longtemps.

"La plus grande fierté, c'est quand vous sauvez des vies, c'est une forte émotion. Le prix décerné, c'est un plus qui fait plaisir bien évidement" confie l'adjudant Patrick Casse. Joe est un berger allemand issu d'un élevage de Châteauneuf-les-Martigues. Agé de 5 ans, il prendra sa retraite de la gendarmerie l'année prochaine, en même temps que son maître.

Source: https://france3-regions.francetvinfo.fr/

joe berger allemand de la gendarmerie

 

 

Appel à témoin en Seine-Maritime suite à la découverte entre deux champs sur la C1 entre Montérolier et Buchy d'un chien décédé près de sa cage de transport.

Il est demandé à toute personne pouvant permettre d'identifier l'auteur de cet acte abject et lâche de contacter les administrateurs de la page Facebook "Les chats errants, des campagnes du pays d'bray".

 chien abandonne seine maritime

 

Dernières actualités du Berger Allemand