"Je ne comprends pas comment on peut traiter un animal de cette façon". Agathe* a beau avoir eu connaissance de la situation à l'été 2020, elle reste toujours bouleversée par le sort de Malika, ce berger allemand qui appartient à des habitants de Langon, et dont elle a découvert l'existence par hasard, au cours d'une discussion avec le voisinage.

"C'est une chienne qui est soit enfermée dans une cour, soit attachée à des escaliers, avec interdiction de rentrer dans le logement de ses maîtres, décrit Agathe.
Lorsqu'ils l'attachent, ils lui mettent une grosse chaîne autour du cou, avec un cadenas".

malika

Elle décrit une odeur insoutenable autour de la chienne, âgée d'une dizaine d'années environ, au pelage abîmé. "Elle vit sur du ciment qui est glacé en hiver, sans même un tapis ou une couverture. Et elle fait ses excréments à même le sol, qui n'est que très rarement nettoyé. Lorsque on vient lui donner à manger discrètement, elle se jette sur la nourriture. Elle est affamée, elle est triste… On voit qu'elle souffre, et pourtant c'est un chien qui reste vraiment très gentil.".

Avec deux autres personnes du quartier, Agathe a sollicité en vain plusieurs associations de protection animale, avec un objectif : sortir Malika de sa cage d'escalier et lui offrir une fin de vie plus heureuse. C'est finalement auprès des Coussinets du Médoc qu'elle a trouvé une oreille attentive.

L'association confirme avoir ouvert une enquête et s'attache désormais à rassembler les preuves de mauvais traitements, voire de maltraitance à l'encontre de Malika.
"Nous avons déjà des photos attestant de l'état de santé de l'animal, nous avons aussi plusieurs témoignages. Une fois que nous aurons collecté tous ces éléments, nous entrerons en pourparlers avec les propriétaires. Ils n'ont visiblement pas les moyens de s'occuper de ce chien."

Le mieux pour Malika serait qu'elle soit cédée à un refuge ou à l'association pour qu'elle soit ensuite placée. Nous avons vraiment pour objectif d'obtenir une cession à l'amiable.", énumère un responsable de l'association.

L'inquiétude porte également sur un deuxième chien du couple, un husky, qui à l'inverse de Malika, ne quitte jamais l'appartement. "Si la cession à l'amiable n'est pas possible, nous allons alors contacter les services vétérinaires pour ensuite mettre en place une saisie des animaux du logement", poursuit l'association qui se dit confiante.
"On va trouver une solution pour Malika. Elle va sortir, on ne va pas la laisser là une année de plus".

SOURCE: https://france3-regions.francetvinfo.fr/

MISE A JOUR DE L ARTICLE:

Malika a enfin pu être sauvée, mercredi 11 novembre 2020. La chienne a en effet été secourue par l’association Vénus, spécialisée dans le sauvetage d’animaux en détresse, en début de matinée. Sur place, les membres de l’association, accompagnés par la police, apprennent une information aussi étonnante qu’inquiétante. L’homme qui détient Malika n’est pas son propriétaire. La chienne appartient en effet à une association, et cette famille n’est que famille d’accueil depuis 2019.

 

malika sauve