Adopter un Berger Allemand

Les Français font partie des peuples amateurs de chiens de compagnie ou de service. Notre pays compte plus de 7 millions d'entre eux et on estime qu'un foyer sur quatre accueille un ou plusieurs chiens. Si nous sommes certainement un grand nombre à connaître et à comprendre cette espèce, les vétérinaires voient pourtant en consultation une proportion importante de propriétaires qui n'ont pas anticipé suffisamment l'arrivée de leur nouveau compagnon. Ils ont une méconnaissance de ses besoins et de la façon dont il faut procéder pour l'éduquer. Avant d'entreprendre de vivre avec un chien, mais aussi dès les premiers jours de la vie commune, il ne faut pas hésiter à prendre conseil. 

Comprendre et satisfaire les besoins du chien

Un chien est un mammifère terrestre très évolué. Ses besoins sont nombreux et doivent être satisfaits quotidiennement. Il s'agit bien évidemment de le nourrir et de l'abreuver correctement mais également de lui apporter le niveau de stimulations physiques et mentales dont il a besoin chaque jour. Un chien est un être animé de pensées, d'envies et doué d'émotions. Il n'est absolument pas fait pour rester seul toute la semaine du matin au soir et ce, même si vous ne l'enfermez pas dans votre maison et que vous le faites vivre dans le jardin. Chaque jour, le chien a besoin d'explorer de nouvelles odeurs et des territoires, de rencontrer des congénères, d'interagir avec des humains. Il a besoin de câlins et de jeux quotidiens. 
Si vous n'êtes pas mentalement et physiquement prêt pour cela, si vous disposez de trop peu de temps pour vous occuper de lui au quotidien, si personne ne peut vous aider à pallier vos longues et fréquentes absences du foyer, ne prenez pas de chien. Il serait en effet très probable dans ces conditions qu'il souffre du fait de son mode de vie et soit incapable de s'y adapter sans vous gêner ou gêner vos voisins (malpropreté, destructions de l'habitat, fugues, agressions, vocalises intempestives, anxiété...). Vous perdriez alors très rapidement le plaisir d'une relation complice et intense avec ce merveilleux compagnon qu'il peut et sait toujours être lorsqu'on lui offre les conditions de vie adéquates. Et vous feriez partie des 100 000 foyers qui abandonnent chaque année leur compagnon pourtant aimant et dévoué. 


etna et roxane

Se faire conseiller pour son éducation dès son arrivée à la maison

Le préalable d'une bonne éducation, c'est de connaître et de comprendre les besoins et les émotions de votre chien. C'est également être capable de communiquer parfaitement avec lui.
Pendant très longtemps, on a considéré que le chien était une bête qu'il fallait soumettre et dominer pour qu'il se comporte bien en toutes circonstances. Cette approche a servi de caution à l'utilisation de méthodes brutales et coercitives pour son éducation. Grâce au travail des scientifiques on a commencé à réaliser il y a environ une trentaine d'années que le chien était un être capable de raisonner, de mémoriser et surtout qu'il était animé de la plupart des émotions et des humeurs  que ressentent les humains (peur, colère, douleur, inquiétude, dépression, joie, motivation, excitation, plaisir). 

Les vétérinaires et leurs auxiliaires spécialisés, les éducateurs adeptes des méthodes positives sont de plus en plus nombreux et formés pour vous aider au quotidien dans l'éducation de votre chien. Celle-ci ne peut être conduite sans une solide connaissance de ses besoins comportementaux, une bonne expérience des techniques de conditionnement respectant l'animal et une bonne maîtrise de la communication avec cette espèce qui, malgré la proximité de ses aptitudes sociales et familières avec les nôtres, reste très différente des humains.
Il faut demander conseil dès l'arrivée de votre chien et non pas quelques mois ou quelques années plus tard lorsqu'on se rend compte qu'on a sans doute fait des erreurs et qu'il est en situation de souffrance, engendrant aussi bien souvent la nôtre.
 Liste des clubs d'éducation canine en France

 

Les premiers jours passés à la maison

C'est lors des premiers jours passés à la maison que vont se mettre en place la plupart des règles et rituels qui constituent le cadre de la "relation" avec notre chien. Le chien doit nous comprendre et s'adapter à notre quotidien pour vivre en harmonie et nous devons, de la même manière, connaître ses besoins physiologiques et comportementaux et, surtout, comprendre ses demandes. 
La communication entre nous doit, dès les premiers jours, être fluide et de qualité. La relation qui s'instaure doit reposer sur un mélange d'autorité de l'homme envers ce compagnon à 4 pattes et d'attachement entre ce même compagnon et tous les membres du foyer.

Lorsqu'il y a de jeunes enfants, il faut absolument favoriser l'établissement d'une relation fondée sur l'attachement du chien envers le "petit d'homme" car l'autorité n'est pas de mise dans un tel contexte. Cela repose sur le partage des ressources (alimentaires, territoriales, sociales et familières...) entre le chien et l'enfant. Pour ceux qui s'en souviennent, la chienne "Belle" et le chien "Rintintin" aiment leur jeune maître non parce qu'ils reconnaissent en lui un "chef naturel" mais bien plutôt parce qu'ils sentent la vulnérabilité et la fragilité de leur jeune compagnon avec lequel ils partagent le même quotidien et qu'ils accompagnent et protègent en toutes circonstances.

 

Le choix de la race

Ce n'est finalement pas tant la race qui garantit les bons comportements mais plutôt la qualité de l'environnement que vous serez capable d'offrir au quotidien à votre compagnon. Il est important de considérer chaque individu comme une entité à part entière, et pas seulement comme un chien de telle ou telle race. Car son patrimoine génétique, s'il est considérablement impliqué dans le comportement, n'est pas le seul responsable de ce que l'animal développe au fil du temps. 
Tous les chiens de toutes les races peuvent se révéler des compagnons merveilleux pour peu qu'on sache et qu'on puisse leur offrir un mode de vie adapté à leurs besoins, qu'on soit capable de les comprendre et de communiquer convenablement avec eux afin d'établir une relation de qualité, seule garante de notre bien-être et du leur.

La plupart d'entre nous craque pour une race particulière en raison de son aspect physique, de certaines de ses caractéristiques comportementales ou de l'imaginaire qu'elle véhicule en nous. Nous adoptons ainsi des comportements de consommateur classique pour un "produit" qui est pourtant unique puisqu'il s'agit d'un être vivant. Nous oublions presque tous que les races ont été fixées durant des millénaires pour être "utilisées" par l'homme à des fins particulières et sélectionnées sur des aptitudes diverses et variées. Si vous rêvez d'un beau labrador, d'un vaillant berger allemand, ou d'un dynamique jack russel terrier, soyez conscient que vous allez vous retrouver propriétaire d'un chien dont les ancêtres n'ont jamais été sélectionnés pour leur placidité et leurs penchants paresseux.
Finalement, seules les petites races de chiens de compagnie - dont certaines sont anciennes comme les pékinois, les lhassa-apso ou les chi-hua-hua - ont été sélectionnées pour rester dans les bras ou sur le canapé et ne rien faire ou presque de toute la journée.
Malgré tout, ces chiens - qu'ils soient d'un type racial bien identifiable ou pas, qu'ils aient une généalogie connue et sélectionnée ou pas - appartiennent tous à la même espèce, celle du chien domestique, et présentent donc aussi, en plus de leurs spécificités, des caractéristiques biologiques et comportementales communes. 

 

anya et bahia

 


Combien coûte l'entretien d'un grand chien ?

Le bon entretien du chien impliquant des dépenses régulières inévitables, le coût a une importance pour décider ou non d'adopter. L'alimentation est le premier poste de ces dépenses. Pour des situations particulières, nécessitant une alimentation spécifique, le coût de l'alimentation peut parfois s'envoler.

Certains soins récurrents, incontournables chez un chien bien entretenu, ont également un coût à prendre en considération :
- les traitements contre les parasites externes (puces, tiques) et les parasites internes (vers), doivent être réalisés plusieurs fois par an et pour les chiens exposés et sensibles, très fréquemment. Ainsi, les traitements anti-puces doivent être administrés tous les mois pendant la période à risque, voire plus souvent pour les chiens allergiques aux piqûres de puces. 
- une consultation chez le vétérinaire pour un bilan de santé annuel, et qui sera également l'occasion de la visite vaccinale est également à prévoir une fois par an pour les chiens en bonne santé ;
En plus de ces dépenses systématiques régulières, des dépenses plus ponctuelles, parfois importantes peuvent également survenir : pour emmener son chien en vacances en avion ou en train ou le confier à une pension, en cas de maladie ou d'accident.
En  adoptant votre berger allemand vous vous engagez envers lui pour toute la durée de sa vie qui est de 10 à 15 ans.

Téléchargez le livret "Vivre avec un animal de compagnie" édité par la SCC et le SNVEL  Livret Animal

 

Ou acheter un Berger Allemand ?

Depuis le 1er janvier 2016, la réglementation concernant la protection des animaux de compagnie est renforcée et de nouvelles obligations sont applicables pour encadrer la vente et l’élevage de chiens. L’objectif poursuivi par le ministère en charge de l’Agriculture est double. Il s’agit d’une part de protéger nos animaux de compagnie en s’assurant de leur santé et leur bien-être dans les élevages dont ils proviennent et d’autre part de protéger les acquéreurs en leur assurant une traçabilité lors de l'achat de leur animal et ainsi participer à lutter contre les trafics.

Ces obligations s’inscrivent plus largement dans la lutte contre l’abandon car elles vont permettre d’encadrer la cession des animaux (via des petites annonces gratuites) et ainsi de lutter contre les dérives telles que les achats "coup de coeur" sur Internet ou la production d'animaux par des particuliers ne disposant pas des compétences requises ; ces facteurs conduisant malheureusement souvent à l’abandon des animaux par des maîtres mal informés.

Ce qui change :
L’obligation pour un particulier de se déclarer éleveur dès la 1ère portée vendue.
L’obligation d’immatriculation pour tous les élevages*. Pour cela, l’éleveur devra préalablement faire une déclaration auprès de la chambre d’agriculture et obtenir un numéro SIREN.
Le renforcement des mentions obligatoires pour toute publication d’annonce de cession à titre onéreux. Le numéro de SIREN sera la condition de validation des petites annonces gratuites sur Internet. Et les acheteurs pourront eux-mêmes vérifier la validité du numéro SIREN.
L’interdiction de vendre en libre-service tout animal vertébré.
* Pour les éleveurs commercialisant uniquement des animaux inscrits à un livre généalogique qui ne produisent pas plus d’une portée par an et par foyer fiscal, il existe des dispositions particulières. Pour eux il s’agira d’un numéro de portée. Les détails de cette mesure sont accessibles sur les sites de la SCC et du LOOF.

Une liste d'éleveurs de bergers allemands est disponible sur le site de la ➤ Société Centrale Canine.

Réussir l'achat d'un chiot de race dans un élevage

 DUKE

 

Acheter un chiot ou adopter un adulte?

Il n'existe pas de réponse tranchée à cette question. Adopter un chien adulte est d'abord et avant tout un geste empreint d'empathie et de compassion. 
Lorsqu'on accueille chez soi un chien adulte, on reçoit un individu qui a déjà eu de nombreuses expériences et un certain vécu en compagnie de l'homme. Pour certains, ce passé est exempt de souvenirs douloureux, pour d'autres c'est le contraire. Un chien adulte est un individu qui a déjà acquis certaines habitudes pour se promener, fréquenter ses congénères, évoluer à nos cotés et il est parfois très difficile de l'en faire changer si celles-ci ne conviennent pas. Les chiens d'un certain âge sont les compagnons parfaits pour s'adapter à la compagnie d'une personne âgée et fatiguée comme eux, ils peuvent ainsi se reposer et jouir de leur tranquillité.

Prendre un chiot donne la liberté de choisir plus facilement une race et de modeler un tempérament. Au moment de l'achat, vers l'âge de 2 mois, le chiot est une véritable "pâte à modeler", il est ainsi facile de le "former". Un chiot est néanmoins un compagnon très exigeant, sur le plan physique et mental, qui ne peut supporter de rester seul du matin au soir. Très sensible et en demande vis-à-vis de vous qui soudain êtes son seul compagnon alors qu'il fréquentait d'autres congénères à l'origine, le chiot souffrira toujours si vous êtes peu disponible, irritable, fatigué ou stressé de manière chronique. Cette souffrance sera presque toujours associée à l'apparition de mauvais comportements (hyperactivité, défaut d'obéissance, malpropreté, destructions, vocalises, fugues...).
Pour résumer, on pourrait dire que l'adoption d'un adulte est un peu comme une rencontre amicale. Au fil du temps, vous devenez "ami" avec un individu d'une autre espèce dont la personnalité et les comportements vous séduisent. Au contraire, l'achat d'un chiot pourrait être comparé à un véritable acte d'éducation. C'est finalement vous, vos comportements, votre personnalité et votre mode de vie qui influez sur le développement de la personnalité de votre chien. 

Dans les refuges animaliers, de nombreux bergers allemands sont en attente d'adoption. Pour adopter un berger allemand une participation financière vous sera demandée, en règle générale votre chien sera déjà tatoué, vacciné et parfois stérilisé.
Contrairement à certaines idées reçues, tous les chiens adultes à l'adoption ne sont pas caractériels. La majorité des chiens adultes à l'adoption ne sont pas des animaux dont on s'est séparé à cause de problèmes de comportement, mais sont plutôt des "victimes" (déménagement ou décès du propriétaire, divorce, allergie "soudaine", chiot ayant grandi devenu trop encombrant, etc.) : adopter un animal adulte est donc souvent l'occasion de lui offrir une nouvelle vie, meilleure que la première.
Sachez qu'il est toujours possible d'éduquer un chien mal élevé ou de rééquilibrer celui qui a eu des débuts difficiles dans la vie, si vous ne vous en sentez pas la capacité vous pouvez faire appel à un vétérinaire comportementaliste ou à un éducateur canin.
Les personnels des refuges sauront vous guider afin de choisir votre chien en fonction de votre mode de vie et du caractère recherché et vous informeront de son passif si ils en ont connaissance.

 

Consultez ces sites internet pour trouver
un Berger Allemand à adopter:
 
 

30 millions d'amis

seconde chance

société protectrice des animaux

 

Dernières photos Instagram du Berger Allemand