Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 la 6e division aéroportée britannique saute sur la Normandie en arrière du secteur Sword. Parmi les parachutistes figurent le soldat Emile Corteil et son frère d’armes à quatre pattes, Glen.

Pour faciliter le débarquement allié sur Sword Beach, le 9e bataillon est parachuté le Jour J aux alentours des 4 canons de la batterie de Merville. Ce point fortifié est une véritable menace pour l’infanterie qui posera le pied sur la plage, les paras doivent donc le neutraliser au plus vite. Parmi la troupe d’assaut se trouve un binôme bien singulier : le maître-chien Emile Servais Corteil, 19 ans, et Glen, son berger allemand.

Le jour J les largages ne se passent pas comme prévus, et comme pour nombre de leurs camarades, Emile et son chien manquent leur zone d'atterrissage. Le vent les porte jusqu’au sud de Cabourg, à une quinzaine de kilomètres de leur objectif. À Varaville ils retrouvent le Brigadier Général James Hill, commandant la 3e Brigade, ainsi que 38 paras du 9e bataillon de parachutistes. Après un rapide point, le groupe se dirige vers le nord-ouest, direction Merville.

Mais les heures avancent et l’infanterie va bientôt débarquer sur Sword Beach. Les paras progressent aux abords d’un chemin lorsque vrombissent à l’horizon des avions alliés. La Royal Air Force doit sécuriser la zone et empêcher tout mouvement ennemi. Les pilotes britanniques prennent les paras pour des allemands. La méprise est terrible, les bombardiers lâchent leur cargaison meurtrière sur la cohorte du Brigadier Hill. La poussière se dissipe, l’officier évalue les pertes. Le bilan est tragique, seul le général et un para sont indemnes, les autres sont tués ou blessés. Emile Corteil et son chien Glen ne se relèveront plus. Mais la mission est prioritaire et Hill reprend sa route.
Des semaines plus tard alors qu'un groupe de GI est chargé de retrouver les corps des disparus, Emile Corteil est identifié au fond d'un trou d'obus. Sous son corps gît Glen, encore tenu en laisse par son meilleur ami, inséparables dans la mort comme dans la vie.

En dépit du règlement et grâce à la pression exercée par ses compagnons d'armes auprès des instances militaires, Emile et Glen furent exceptionnellement inhumés ensemble. Ils reposent tous deux au cimetière militaire de Ranville dans le Calvados, carré IA, rangée G, tombe 13, où il est écrit : "Had you known our boy you would have loved him too. Glen his paratroop dog was killed with him." (Si vous aviez pu connaître notre fils, vous l'auriez aimé vous aussi. Glen son chien parachutiste a été tué à ses côtés.)

6th airborne emile corteil dog glen

6th airborne emile corteil dog glen 02

emile corteil glen normandie

Aucune opinion sur "6 juin 1944, Emile Corteil et son chien Glen sautent sur la Normandie".

Laissez votre commentaire

En réponse à Some User