Ils sont 900 chiens errants vivant dans la zone d'exclusion.

Avril 1986, 36 heures après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, plus de 100000 personnes sont sommés par le gouvernement russe de quitter la zone de Pripiat en 50 minutes. Aucun animal de compagnie n'est autorisé, les gens doivent abandonner sur place chiens, chats et autres animaux bien-aimés.
Les chiens hurlent, essaient de monter dans les bus pour rejoindre leurs maîtres, ils sont repoussés à coups de pieds par les militaires. Certains d'entre eux vont courir derrière les bus pendant des heures.
Dans les jours qui suivent, les troupes soviétiques reçoivent l'ordre d'abattre tous les animaux errants. Chiots et adultes, aucun ne doit être épargné. Les mots griffonnés à la hâte sur un bout de papier par quelques maîtres n'y feront rien, « Ne tuez pas notre Zhulka. C'est un bon chien.» écrira l'un d'eux.
Heureux de voir enfin quelques humains, les chiens affamés viennent alors spontanément à la rencontre des militaires, et sont exécutés sans ménagement.
Cependant, un petit nombre d'entre eux cachés ou hors d'atteinte des militaires a survécu au massacre. Ils sont les ancêtres des 900 chiens errants vivant aujourd'hui dans la zone d'exclusion de 30 kilomètres. 250 d'entre eux vivent aux abords de la centrale. Face à leurs conditions de vie difficiles, la plupart de ces chiens meurent avant l'âge de six ans.

Depuis 2017, une association sans but lucratif leur vient en aide. Clean Futures Fund et son programme baptisé "Dogs of Chernobyl" se rend régulièrement à Tchernobyl et mène des opérations de vaccinations, d'identifications et de stérilisations afin de réduire la population. De la nourriture leur est distribuée et les chiens nécessitant des soins sont pris en charge. Depuis leur implication, aucun chat ou chien dans la zone d'exclusion n'a été abattu.

Certains chiens vivant dans la zone d'exclusion peuvent aujourd'hui avoir un meilleur avenir. Depuis 2018, de nombreux chiots ne présentant aucun danger ont pu être extraits de la zone par l'association et proposés à l'adoption. Ce sont ainsi plus d'une cinquantaine de chiots qui ont déjà pu trouver un foyer aux États-Unis et au Canada.
Pendant plusieurs jours la guerre en Ukraine a contraint l'association à suspendre toutes ses opérations. Aujourd'hui une partie de la nourriture peut à nouveau être livrée dans la zone d'exclusion, des distributeurs automatiques de croquettes bricolés à base de tuyaux de gouttière ont été installés en attendant la reprise des livraisons normales.

Vous pouvez aider l'association Clean Futures Fund à poursuivre son programme pour les chiens errants de Tchernobyl par vos dons : https://www.cleanfutures.org/
Ou l'achat de ses produits en ligne: https://clean-futures-fund.myshopify.com/

chiens tchernobyl 01

chiens tchernobyl 02

chiens tchernobyl 03L'association s'occupe également des chats

chiens tchernobyl 05Un heureux adopté aux États-Unis

Aucune opinion sur "Les chiens de Tchernobyl".

Laissez votre commentaire

En réponse à Some User